mardi 20 janvier 2015

LES CARNETS DE CERISES, TOME 1 : LE ZOO PETRIFIE





Auteure et dessinateur : Joris chamblain et Aurélie Neyret
Numéro de tome : 1
Pages : 76 pages



"Il était une fois... Quand j'étais petite, je me suis fait la promesse que si un jour, j'avais un journal intime, il commencerait comme ça. Il était une fois... ben moi, Cerise ! J'ai dix ans et demi et mon rêve, c'est de devenir romancière. Mon truc à moi pour raconter des histoires, c'est d'observer les gens, imaginer leur vie, leurs secrets. On a tous un secret enfoui que l'on ne dit pas, qui fait de nous ce que nous sommes...
En ce moment, avec les copines, on observe quelqu'un de vraiment mystérieux..."

Depuis quelques temps, cette jolie série de bande dessinée fait beaucoup parler d’elle. Je n’avais pas encore craqué sur sa jolie couverture, et lors d’un achat France Loisir, je n’ai pas pu résister.
J’étais à la base tout de même un peu sceptique, après tout, tout le monde en disait du bien et c’est dans ces cas-là que l’on est souvent déçu. De plus, je ne savais absolument pas à quoi m’attendre et la quatrième de couverture en dévoile peu.

Mais au final, j’ai été conquise. Jamais je n’aurai pu croire qu’une BD aurait pu être un coup de cœur. Pour moi, acheter une bande dessinée n’engage à rien. Si comme moi vous avez presque 300 livres qui s’éternisent dans votre PAL, il est vrai que les mangas, comics et bandes dessinées sont les achats idéals. En général moins chère qu’un livre grand format, il est également beaucoup plus rapide à lire et beau à observer.
Quand j’ai ouvert ce premier tome des carnets de cerise, j’ai tout d’abord été fasciné par le travail mis en œuvre dans ce livre. Nous n’avons pas que des « cases » avec des petits dessins et des « bulles de discussions », nous avons parfois une image du carnet de cerise, son journal intime où elle écrit quotidiennement, où elle insère les indices, les pistes à suivre pour ses enquêtes. Tout de suite, je me suis dit que même si l’histoire venait à ne pas me plaire, j’adorai les dessins et bien entendu, c’est un point primordial pour des livres imagés.
Mais heureusement, l’histoire m’a plu également. Dans ce livre, Cerise se met à enquêter sur un mystérieux vielle homme qui transporte des pots de peintures et des animaux en cage.
Elle embarque ses amis dans ce mystère jusqu’à ce qu’elle trouve le fin mot de l’histoire. Elle ne lâche rien et c’est un côté qui m’a beaucoup plu chez elle. Cette jeune fille est généreuse, têtue et très attachante. J’ai adoré la suivre dans son aventure qui sera malheureusement toujours trop courte.
Le secret est totalement inimaginable et l’ensemble est très original. C’est ce que j’ai adoré, à aucun moment je n’aurai pu me douter de ce qui se passait avec le vieux monsieur et l’ensemble est vraiment extraordinaire.
Ce petit livre sera plaire à la fois aux grand et aux petits. Un petit bonus à la fin permet de participer au livre (je ne dirais pas comment sinon ce serait un spoil).
Pour conclure : si vous n’avez pas encore craqué, qu’attendez-vous ?



mardi 13 janvier 2015

LA LISTE DE NOEL




Auteure : Jojo Moyes
Numéro de tome : One-shot, nouvelle
Pages : 25 pages
Sortie : 8 décembre 2014
Edition : Brage



Veille de Noël. Chrissie fait ses derniers achats dans l’effervescence de Londres. Pour Noël, elle reçoit sa belle-mère. Alors que, sur ordre de son mari, elle se met en quête d’un parfum introuvable et du seul fromage que tolère sa belle-mère, sa rencontre avec un chauffeur de Taxi lui ouvre les yeux. Elle n’a aucune envie de passer Noël en famille cette année…


J’ai découvert cette nouvelle grâce à Margaud Liseuse qui a bien apprécié cette nouvelle. D’ailleurs vous pouvez lire sa chronique en cliquant sur le lien en bas de page.
Déjà pour commencer, je vous signale que cette nouvelle est totalement gratuite et que vous pouvez la télécharger sur Amazon. Grâce à cela vous pouvez la lire en téléchargeant l’application Kindle gratuitement sur votre portable ou sur votre ordinateur (retrouvez le lien de cette nouvelle en bas de l’article).
Jojo Moyes est une auteure qui me tente depuis la sortie de son premier livre chez Milady « Avant toi ». Mais j’avoue ne jamais avoir encore craqué pour l’un de ses livres. C’est pourquoi je me suis jeté sur l’occasion de lire cette nouvelle quand j’ai appris son existence (de plus c’est sûr noël donc ça ne fait pas de mal). Je voulais découvrir la plume de l’auteur, pour ainsi peut-être me lancer moins aveuglément dans ses autres livres.
Ce que je peux en dire c’est que j’ai bien aimé cette histoire (et l’écriture de l’auteur aussi, donc je pense me pencher plus sérieusement sur l’un de ses livres). C’est tout simple, il y a suffisamment d’élément pour nous faire apprécier notre lecture.
Je n’aurais pas grand-chose à dire sur cette histoire, elle est tellement courte, je n’ai pas eu le temps de lui trouver des défauts. Je trouve que malheureusement, elle donne vraiment envie d’en savoir plus. A la fin j’avais vraiment envie de savoir ce qui se passerait après (peut-être peut-on espérer un Roman qui suivra cette histoire ? Pas sûr malheureusement).
En tout cas je vous encourage vivement à la lire, vous passerez vraiment très peu de temps déçus et elle est vraiment sympathique (même si ce n’est pas l’histoire hyper joyeuse de noël mais une autre approche). Elle se lit vraiment très vite (pour tout vous dire je l’ai lu en étant aux toilettes, c’est dire !) et fait du bien (en plus c’est gratuit donc pourquoi s’en priver ?).


L'article de Margaud : Cliquez ici
Lien amazon : Cliquez ici

dimanche 11 janvier 2015

SANS PREVENIR




Auteur : Matthew Crow
Numéro de tome : One-shot
Pages : 307 pages
Sortie : 15 janvier 2015


A quinze ans, Francis Wootton est passionné de vieux films, de musique rock et de lectures romantiques. Mais avant tout, il ne se prend pas au sérieux. Pas plus que les excentricités de sa mère et la désinvolture de son adulte de frère.
Lorsqu'on lui diagnostique une leucémie, ses priorités changent. Il y a l'horreur d'être retardé d'une année au lycée, la menace d'une calvitie imminente, la nécessite de retrouver sa plus belle chemise au cas ou une pop star lui rendrait visite pour une photo...
Mais il n'imaginait pas rencontrer Ambre, son caractère de chien son humour féroce, sa vulnérabilité désarmante et irrésistible.


Tout d’abord je tiens à remercier les éditions gallimard jeunesse pour l’envoi de ces épreuves non corrigés. En recevant le livre j’ai d’abord été très sceptique parce que le résumé ne laissait paraitre qu’une copie de nos étoiles contraires. C’est bien connut, quand un livre marche, après tout le monde écrit la même chose, c’est pour ça que j’ai d’abord eu un peu peur. De plus ce type d’histoire, bien qu’elles me touchent assez profondément, ne marche pas vraiment bien sûr moi. Après tout dans le même genre j’ai déjà lu « Je veux vivre » de Jenny Donwham, « A tout jamais » de Nicolas Sparks et plus récemment, « nos étoiles contraires » de John Green. Ces livres m’ont bien plus dans l’ensemble mais j’étais loin du coup de cœur général pour ces livres.

C’est pourquoi je me suis lancé doucement dans ce livre et le résultat est le même que pour les autres, ça m’a touché mais c’est tout.
Déjà je tiens à dire que ce livre est très différent de « nos étoiles contraires » et que bien que je n’ai pas eu de coup de cœur pour ce dernier, « Sans prévenir » est loin d’être à la hauteur. Si « Nos étoiles contraires » aurait mérité 4 ou 5 papillons, « Sans prévenir » n’en mérite que 2 (de mon humble avis toujours bien entendu).

Pour passer à l’histoire plus exactement, on rencontre un garçon de 15 ans, Francis Wooton, qui ne va pas bien. Sa mère s’inquiète, il maigrit, il est fatigué, saigne du nez, s’évanouit en cours, mais les médecins ne savent pas pourquoi. Un jour que Francis se réveille à l’hôpital, les médecins lui diagnostiques une leucémie lymphoblastique aigue. Une maladie grave qui nécessite qu’il soit hospitalisé sur une longue période et qu’il quitte l’école. Du coup tout ça l’inquiète, Francis a de bonnes notes et ne veux pas perdre une année à cause de sa maladie, mais il n’a pas le choix.

J’ai bien aimé cette partie « hôpital » qui a été développé dans le sens où nous n’avons pas vraiment eu de grosses parties « hôpital » dans les autres livres du genre (avec tous ces livres je suis désolé mais on se retrouve vite obligé de faire des comparaisons). Du coup j’ai bien apprécié ce côté « réel » de la chose mais j’aurai aimé en savoir plus. Nous ne savons rien sur cette hospitalisation, on ne voit pas de médecins, on ne sait pas ce qu’on lui fait, il y a bien une infirmière mais il est difficile de savoir qui c’est, qu’elle est son rôle, on ne l’a découvre pas. Et j’ai vraiment trouvé ça dommage parce qu’il y a un manque par-là, moi j’aurai aimé découvrir les examens qu’ils passent et tout ça. Il est vrai que ce n’est qu’une fiction et que l’auteur ne sait pas forcément ce qu’il doit se passé mais je pense que quand on écrit sur un sujet, on doit connaître son sujet, tout simplement. Là j’avais l’impression qu’il manquait clairement quelque chose.

Après l’histoire, vient tout simplement les personnages. Je les ai trouvé très atypiques, différents de ceux des livres qu’on lit habituellement. Francis ne semble pas avoir peur de sa maladie, sa mère dit aimé son fils mais on a parfois un sentiment différent sur la question, son frère vit (je trouve) d’une drôle de façon et si j’étais sa mère, je ne tolèrerais sans doute pas ce qu’il fait pour s’approvisionner. Et le pire, c’est Ambre, cette fille est insupportable, malpoli…  vraiment. 

Je n’ai pas du tout compris l’amour qu’il y a entre Ambre et Francis. Il vient tout seul, ils n’ont même pas eu le « temps » de tomber amoureux.  Francis arrive à trouver les bons côtés du caractère d’Ambre (bons côtés, qu’en tant que lecteurs, nous ne voyons même pas). 

En bref, dans ce livre, tout m’a semblé survolé, pas assez approfondis. J’avoue avoir lu ce livre très vite et avoir tout de même apprécié ma lecture un minimum. Donc même si le moment de lecture reste agréable, il n’y a pas d’émotions (comme on en attend dans ce livre), de profondeur. Ce livre n’est même pas émouvant.
Pour conclure, je ne conseille pas ce livre à ceux qui ont aimé « nos étoiles contraires » parce que vous irez droit vers la déception. Néanmoins si vous obtenez ce livre gratuitement ou d’occasion, ou même grâce à un cadeau ou à un emprunt, ne crachez pas déçus vous aimerez peut-être.


jeudi 8 janvier 2015

WATERFIRE, TOME 1 : DEEPBLUE




Auteure : Jennifer Donnelly
Numéro de tome : 1
Pages : 366
Ma note : 5/5 à coup de cœur



Ensemble, Trouvez les talismans

Qui appartenaient aux six puissants,

Dissimulés sous les eaux délétères

Suite au duel entre ténèbres et lumières.



Venez à nous, par les mers et les rivières,

Devenez un seul esprit, un seul cœur, à l’unisson

Avant que les eaux et les créatures qui y prospèrent

Soient dévastées par Abbadon !


Lorsque Serafina, princesse de Miromara, s’éveille au matin de ses fiançailles, sa première préoccupation devrait être de retrouver son promis, le séduisant prince Mahdi. Elle l’aime depuis l’enfance et il l’aime en retour. Enfin, il l’aimait, elle a quelques doutes à présent…
Pourtant, ce matin-là, l’esprit de Serafina est surtout accaparé par d’étranges rêves annonçant le retour d’une ancienne malédiction. Ses prémonitions se confirment quand sa mère est touchée d’une flèche empoisonnée, et le chaos semé dans tout le royaume.
Guidée par ses cauchemars, Serafina, accompagnée de cinq autres sirènes, se lance dans une quête périlleuse pour venger ses parents et empêcher les communautés, sous-marines de s’entredéchirer. Mais elle est encore loin d’imaginer qu’elle vient de plonger dans une vaste conspiration, qui menace son monde… et le nôtre.






Comme vous le savez peut-être je n’ai pas eu un seul coup de cœur en 2014 et Deep Blue a non seulement été mon premier livre lu en 2015, mais également mon dernier coup de cœur depuis 2013 (donc autant dire que ça remonte et que ça laisse présager un très bon 2015 !).
J’ai toujours adoré les sirènes (même si la petite sirène n’est pas vraiment mon compte préféré…) mais je n’avais encore jamais lu de livre portant sur le sujet alors, quand j’ai vu ce livre –magnifique- dans les mains de la pluparts des blogueurs, je n’ai pas pu m’empêcher de le vouloir, de l’acheter, et bien sûr, de le lire.
Je serai honnête avec vous, je ne sais pas si mon coup de cœur vient du fait que c’est mon premier livre avec des sirènes ou si c’est vraiment à cause de l’histoire, mais en tout cas, une chose est certaine, j’ai adoré.
Dans ce livre nous découvrons Serafina, une sirène pas comme les autres puisqu’elle est la princesse du Miromara, le territoire de son peuple qui correspond à peu près à notre mer méditerrané. Ce que j’ai bien aimé déjà, au premier abord, c’est qu’on reste dans notre monde. Il est vrai que j’adore le fantastique et tout ça tout ça mais pour une fois on a tout un monde inconnu dans notre monde, tout proche de nous, un monde qu’on n’imagine même pas et je trouve ça super.
On retrouve Serafina le matin de son Dokimi, la cérémonie qui va déterminer si elle est bien la descendante de Merrow (et qu’elle n’est pas un imposteur), où elle va se fiancer avec le prince Mahdi et prouver à tous qu’elle a une voix digne d’une reine.
Elle est très stressée puisque le pouvoir des sirènes réside dans leur chant, dans leur voie, et le chant du Dokimi est très compliqué.
Très vite, des évènements vont venir tout chambouler et Serafina va se retrouver obligé de fuir en compagnie de sa meilleure amie sirène, Neela.
J’ai vraiment beaucoup aimé ces personnages. Serafina endosse parfaitement le rôle de principessa et à peur de ne pas être parfaite alors qu’en vérité elle est très forte et capable de faire beaucoup de choses pour son peuple.
Neela est également un personnage que j’ai adoré suivre, elle m’amusait beaucoup et son comportement était parfait. Dans le rôle d’une princesse qui veut devenir autre chose, elle était superbe puisque après tout, dans son périple, le confort de son palais lui a beaucoup manqué.
Le récit est raconté à la troisième personne tout en suivant tout de même Sérafina. Parfois nous avions le point de vue de Neela (tout de même à la troisième personne) et je ne comprenais malheureusement pas toujours de qui on parlait. Il y a quelques passages que j’ai dû lire deux fois à cause de ce genre de quiproquo mais la lecture reste tout de même très fluide et poétique.
Au premier abord, une chose est susceptible de déranger : Le vocabulaire. On nous parlait de choses que nous ne connaissions pas et j’ai très vite eu peur de m’y perdre et que ma lecture soit très fastidieuse. En vérité, on se fait très vite au vocabulaire qui finalement n’est pas si compliqué que ça. Le petit bonus de se livre est qu’à la fin il y a une sorte d’index qui regroupe les définitions de tous les mots de vocabulaire inventés par l’auteur mais également les noms des personnages afin de s’y retrouver quand on ne sait plus qui est qui (avec des coraux généalogiques par exemple). Quand on lit se livre très rapidement on n’a pas vraiment besoin de retrouver les personnages, on s’en souvient mais je pense que quand le tome deux arrivera, cette fonctionnalité risquera d’être très pratique.
Pour moi se livre a été magique, tous ces chants de sirènes m’ont envouté et mon seul regret est de ne pas réussir toujours à m’imaginer les voies des personnages, leur chants, j’aurai bien aimé une bande sonore pour accompagner ce livre, mais on ne peut pas tout avoir (même si je suis persuadé que ce serait magnifique).
J’ai vue beaucoup d’avis qui reprochaient le côté trop « Disney » de cette histoire mais justement, je crois que c’est ce côté-là qui m’a plus. Il est vrai que quand on lit le livre, on peut peut-être retrouver une histoire qui aurait très bien pu être reprise par Disney (entre les chansons, les sirènes…) mais peut-être que justement, c’est ce qu’avait besoin mon âme d’enfant.
L’histoire est, comme je l’ai déjà dit, magnifique, mais l’objet livre également. Quand on le prend en main, on sent sa présence tant il est lourd. Il semble très fin alors qu’en vérité il fait plus de 350 pages, on ne s’y attend pas. Le travail qui a été fait sur ce livre est superbe. On a deux cartes pour nous aider à nous y retrouver (cartes bien pratiques soit dit en passant), des débuts de chapitres bleus, des pages noté en bleu. Tout est fait pour nous rapprocher du royaume des mers.
Pour conclure, si vous ne l’avez pas encore compris, j’ai adoré ce livre et je le conseil aux plus jeunes, aux plus adultes, à tout le monde. Par contre peut-être pas à ceux qui n’ont pas gardé une âme d’enfant et qui aiment les fantasy bien adulte. Mais je pense que ce livre peut vraiment plaire. La fin ne donne qu’envie de savoir la suite, j’ai hâte d’avoir le tome deux entre les mains (il me semble que ce sera une trilogie mais je n’en suis pas sûr) pour savoir ce que l’auteur nous a prévus, on ne s’ennuie jamais dans cette histoire. Je sais que ce livre peut vraiment plaire parce qu’elle est juste… magnifique.